La quête d’apprentis s’avère difficile dans certains secteurs d’activité

L’apprentissage peine à séduire les jeunes de nos pays voisins alors qu’en Suisse, il présente des chiffres record puisque 2/3 des jeunes de plus de 15 ans optent pour cette voie. La formation professionnelle par la voie de l’apprentissage conserve  les faveurs de notre jeunesse. Elle permet aux jeunes d’apprendre un métier en alternant cours théoriques et travail en entreprise. Efficace contre le chômage, ce modèle intéresse toujours plus de pays étrangers.

A la fin de leur scolarité obligatoire, les jeunes ont le choix entre poursuivre leurs études ou opter pour une formation professionnelle, majoritairement «duale», soit une part en école et une part pratique en entreprise. L’apprentissage s’effectue à raison de 3 à 4 jours de travail par semaine, couplés à des cours pratiques généralement de 3 semaines par année de formation. Ces cours pratiques sont principalement organisés par les associations patronales. L’école professionnelle intervient donc 1 à 2 jours par semaine pour éducation théorique du métier. L’apprentissage, durant lequel l’apprenti est payé par l’employeur, dure entre 2 ans pour une attestation de formation professionnelle (AFP) à 4 ans suivant le métier pour le CFC (certificat fédéral de capacité). Le succès obtenu, l’ancien apprenti peut alors se lancer directement sur le marché du travail ou entamer une formation supérieure.

Les exigences professionnelles de base sont de plus en plus élevées. Certains secteurs d’activité sont de plus en plus confrontés à une pénurie de profils répondant au minimum requis par les entreprises formatrices en vue d’assurer un tant soit peu le succès du jeune voulant se lancer dans l’apprentissage. Parmi les professions les plus touchées en Suisse nous trouvons en seconde place le domaine de l’installation électrique où au 15.05.2019 près de 3900 places d’apprentissage n’avaient pas encore trouvées la perle recherchée. Les autres métiers du Groupe Alvazzi ne sont pas en reste puisque les installateurs sanitaires offraient encore environ 2250 places d’apprentissage à cette même date, tout comme 1625 places disponibles pour les chauffagistes

Un témoignage intéressant d’Eric Sansonnens, de la société Chaillet SA électricité qui a tout récemment rejoint le Groupe Alvazzi. De par son expérience et sa connaissance de ce domaine, Eric Sansonnens a eu l’occasion de s’exprimer au micro de la TSR sur cette thématique : vers l’interview

Retour aux
actualités